Interview de Koup-ra Baïssoumou

Koup-ra est notre partenaire au Niger. Il est responsable d’un programme de construction d’écoles chrétiennes, de la Maternelle au Collège. Nous avons actuellement 6 jeunes filles parrainées au collège de Tchirozérine, une petite ville située au nord du pays, dans le désert du Sahara.

Interview de Djasnabaye Samnalngar

Djasnabaye est notre partenaire au Tchad. Il est le directeur du Collège Lycée Chrétien de Bessada, situé tout au sud du pays. Plusieurs des jeunes que nous parrainons ont été internes dans cet établissement de la Sixième à la Terminale et font maintenant des études supérieures. Actuellement, nous avons encore 2 autres jeunes dans cet établissement qui vont entrer en classe de Troisième.

URGENCE BURKINA-FASO !!!

Nous venons de recevoir un appel au secours de notre partenaire au Burkina-Faso, le pasteur Silas Ouedraogo. A Gourcy, une petite ville située à 80 km au nord de Ouagadougou, Silas a fondé un orphelinat il y a une vingtaine d’années ainsi qu’une école primaire. Tous les orphelins en âge d’aller à l’école sont scolarisés dans cet établissement. A partir de la Sixième, il vont dans d’autres établissements de la ville.

Actuellement, l’école primaire est en très grande difficulté financière du fait que la plupart des élèves sont issus de l’orphelinat et ne peuvent donc pas payer les frais de scolarité. Depuis la rentrée, les professeurs n’ont pas été payés et l’école risque de fermer ses portes, ce qui serait une catastrophe pour tous ces enfants orphelins qui ne pourraient être scolarisés ailleurs.

Nous voudrions aider Silas à relever ce défi financier, mais notre contribution sera largement insuffisante sans la générosité de tous ceux qui auront à cœur de participer par un don. D’avance, nous vous remercions de tout coeur. Merci pour tous ces enfants qui, grâce à vous, pourront continuer à aller à l’école.

 

La kermesse solidaire : l’événement de l’été !

L’association Mathania, qui organise des colonies de vacances tous les étés dans le Massif de la Sainte Baume (Var), nous as sollicités ce mois d’août pour un projet commun : une kermesse solidaire.
L’idée était de faire participer des enfants à un projet humanitaire, et ainsi de les sensibiliser aux besoins des enfants défavorisés en Afrique.

Le projet :P1020906
Nous avons choisi d’aider une école chrétienne à Tombouctou, au Mali. Il y a 4 ans, une petite équipe avait eu le privilège de partir au Mali pour visiter la communauté évangélique de Tombouctou. Nous avons été accueillis par la famille pastorale et avons pu passer du temps à découvrir le mode de vie de ces chrétiens, majoritairement des Touaregs. Nous avions pu en particulier visiter l’école primaire créée par cette communauté.
Un an après ce voyage, les djihadistes ont envahi toute la partie nord du Mali et les chrétiens de Tombouctou ont du s’enfuir précipitamment. Ils se sont retrouvés à Bamako, la capitale, où ils ont dû vivre pendant plusieurs mois une situation très difficile de réfugiés dans leur propre pays. Après l’intervention de l’armée française, les djihadistes ont dû battre en retraite et abandonner les villes qu’ils avaient conquises. Peu à peu, malgré l’insécurité restante, les chrétiens de Tombouctou se sont décidés à rentrer chez eux. Ils ont retrouvé leurs maisons, leur église et leur école pillées et dévastées. Tout était à reconstruire.
Grâce à cette kermesse solidaire, nous allons donc pouvoir apporter une aide à l’école « Lumière »pour l’achat de matériel scolaire.

Le déroulement de la kermesse :
Samedi 9 août, avant de commencer,  nous avons rassemblé tous les enfants et leur avons fait un petit exposé à l’aide de photos et d’un clip vidéo pour leur expliquer qui ils allaient aider et en quoi consistait cette aide. Puis, comme dans toutes les kermesses, les enfants sont allé de stand en stand pour jouer et essayer de gagner. Mais au lieu de recevoir de petits cadeaux à chaque fois qu’ils gagnaient, ils recevaient de petites cartes sur lesquelles était dessiné du matériel scolaire (stylos, cahiers, feutres, etc). Donc, à chaque fois qu’il gagnait, chaque enfant de la colo gagnait quelque chose à donner à un enfant africain. Plus il jouait, plus il gagnait, et plus il pouvait donner… A chaque fois que l’enfant gagnait quelque chose, il allait déposer symboliquement sa petite carte dans une sorte de tirelire géante.

P1020911

A la fin de la kermesse, le directeur de la colo nous a remis la tirelire devant tous les enfants réunis et nous avons pu les remercier chaleureusement d’avoir donné tout ce qu’ils avaient reçu… Cette remise de la tirelire était bien sûr symbolique, le but était de bien faire comprendre aux enfants qu’ils avaient joué pour donner à des enfants démunis. Dans les coulisses, le directeur nous a remis un don de 250 €, somme qui aurait été consacrée à l’achat de jouets et gadgets dans une kermesse ordinaire…

P1020917P1020924